26.11°C
Chiconi:_DIM
25.56°C / 37.22°C
Chiconi:_LUN
26.67°C / 38.89°C
Chiconi:_MAR
28.33°C / 40.56°C
Sam, 15 Mai 2021

//-- Dossier Politique

L'Insee avait donné des chiffres pour la première quinzaine du mois pour les départements : le (triste) record revient à Mayotte (+40%).

L'Insee avait donné des chiffres pour la première quinzaine du mois pour les départements : le (triste) record revient à Mayotte (+40%)#CORONAVIRUS Les chiffres pour la semaine dernière, où on enregistre une surmortalité de 9%.L'Insee avait donné des chiffres pour la première quinzaine du mois pour les départements : le (triste) record revient à Mayotte (+40%), devant le Haut-Rhin (+38%), la Corse-de-Sud (+31%), et les Deux-Sèvres (+27%).

L'Insee avait donné des chiffres pour la première quinzaine du mois pour les départements : le (triste) record revient à Mayotte (+40%).

CORONAVIRUS Conférence de Presse ce samedi 28 mars 2020 - Edouard Philippe annonce quelques mesures pour Mayotte

CORONAVIRUS  Conférence de Presse ce samedi 28 mars 2020 - Edouard Philippe prend la parole pour évoquer le cas des Outre-mer. Edouard Philippe évoque la situation spécifique des territoires et départements d'outre-mer. "Nous avons décidé du confinement total au même moment que sur le territoire métropolitain", et ce alors que le seuil épidémique n'était pas atteint, pour freiner encore plus vite l'épidémie. "Et nous avons imposé une quatorzaine stricte aux personnes qui entrent sur ce territoire." L'objectif est de mettre à disposition 14 000 lits en réanimation  C'est le point-clé de cette crise sanitaire : disposer de suffisamment de lits en réanimation pour accueillir les cas les plus graves, en détresse respiratoire.. "Si l'épidémie se développe, les formes sévères vont s'accroître et être de plus en plus nombreuses", a alerté le Premier ministre, indiquant que "si l'on dépasse la capacité d'accueil en réanimation, nous allons avoir un sérieux problème." Au départ de 5 000 lits pour l'ensemble du territoire, la capacité d'accueil a été doublée cette semaine. "L'objectif est de parvenir rapidement à 14 000 places", tout en aplanissant la courbe de la contagion – et cela se fait via le respect du confinement. Des respirateurs ont été commandés à l'industriel français Air Liquide. Mayotte se dote de 34 lits de réanimation supplémentaires, nous passons de 16 lits à 50 lits et des matériels médicaux (7 respirateurs en plus).

CORONAVIRUS Conférence de Presse ce samedi 28 mars 2020 - Edouard Philippe annonce quelques mesures pour Mayotte

Allocution présidentielle : Pour Mansour Kamardine parle "d'un début de réponse à préciser et à compléter".

Un début de réponse à préciser et à compléter Le président de la République a annoncé, lors de son allocution télévisuelle de mercredi soir depuis Mulhouse, le lancement de l’opération militaire « Résilience » d’appui et de soutien des armées aux populations. Entendu partiellement sur ma demande de positionnement du porte hélicoptère Le Mistral avec ses capacités hospitalières à Mayotte, je prends note d’un début de réponse du gouvernement. Ce début de réponse nécessitera d’être précisé et complété. En effet, en premier lieu, Mayotte a besoin, en urgence, de l’envoi par fret aérien de matériels de sécurité sanitaire, de masques, de gants, de lunettes de protection, de gel hydroalcoolique, de blouses, de réserves d’oxygène, de respirateurs, de tests rapide en nombre, de réactif pour les laboratoires d’analyse médicale, de médicaments notamment d’un stock de précaution de chloroquine. De plus, les équipes médicales du CHM ont besoin que le protocole expérimental d’utilisation de chloroquine soit autorisé à Mayotte. Enfin, des réponses en matière de maîtrise des frontières et de sécurité publique à terre nécessitent le renforcement des moyens et des effectifs des forces de l’ordre et des militaires, notamment de la marine. "J’attends donc désormais avec un optimisme contenu et impatience des précisions et des compléments de réponses à mes demandes./."

Allocution présidentielle : Pour Mansour Kamardine parle "d'un début de réponse à préciser et à compléter".

Selon Mansour Kamardine, "C'est un tsumani et non une vague qui va frapper Mayotte pour non assistance à île en danger - Covid19"

A Mayotte c’est un tsunami et non une vague qui arrive. L’Etat doit immédiatement prendre 3 décisions pour éviter le pire. Le scénario catastrophe se confirme pour Mayotte : multiplication par 10 des cas avérés en une semaine à compter de la 1ere détection le 14 mars, doublement des cas avérés dans la nuit du dimanche 22 au lundi 23 mars, annonce d’une « sous-estimation forte du nombre de cas » par l’Agence régionale de santé le 23 mars. Les projections des praticiens hospitaliers établissent malheureusement une inadéquation extrême entre l’offre de soins et les besoins dans moins d’une semaine. Trois fois moins bien équipée que La Réunion par habitant, elle-même sous équipée par rapport à la métropole, Mayotte n’est pourvue que de 16 lits de réanimation pour ses 400 000 habitants. Le personnel soignant, notoirement insuffisant en nombre hors crise, est déjà touché par l’épidémie (3 médecins dont 1 actuellement hospitalisé) ce qui laisse craindre une baisse rapide des capacités humaines du centre hospitalier. Ce n’est pas une vague qu’attend Mayotte mais un tsunami. C’est pourquoi il est vital que le gouvernement prenne des mesures d’urgence absolue : L’envoi d’un avion-cargo chargé d’équipements de sécurité sanitaire couvrant les besoins sur deux mois, de matériel de respiration, de tests rapides de détection en nombre, de stocks de précaution en chloroquine avec intégration de Mayotte dans l’essai randomisé contrôlé national ; L’envoi du porte-hélicoptère Le Mistral  avec ses 69 lits médicalisés qui croise actuellement dans l’Océan indien, frère jumeau du navire Le Tonnerre utilisé en Corse ; L’envoi de renfort de force de l’ordre pour prévenir une vague migratoire et prévenir les troubles prévisibles à l’ordre public. L’inertie du gouvernement, son refus de prendre les mesures qui s’imposent serait une non-assistance caractérisée à île en danger. Factuellement : 1er cas avéré de COVID-19 à Mayotte : cas en provenance de la métropole détecté le samedi 14 mars (il y a seulement 9 jours) ; 11 cas recensés dimanche 22 mars (multiplication par 10 en 8 jours) dont des cas de transmissions locales (circulation du virus) ; 22 cas recensés lundi 23 mars au matin soit un doublement en 24h La reconnaissance lundi 23 mars d’une forte sous-estimation du nombre de cas par l’ARS, Date estimée par les praticiens hospitaliers de débordement des capacités en réanimation dans 5 à 8 jours (16 lits de réanimation pour 400 000 habitants – 256 000 dont 40 000 clandestins selon INSEE mais 200 000 clandestins estimés par le Gendarmerie récemment donc un total réel de 400 000) 20 fois moins de médecins de ville par habitant que la moyenne nationale ; 4 fois moins de médecins hospitaliers que la moyenne ; 3 fois moins de lits de réanimation par habitant qu’à La Réunion Equipements de soins et effectifs sous dotés et sur mobilisés avant même la crise du COVID-19 qui s’ajoute à une grave crise de Dengue en cours.

Selon Mansour Kamardine, "C'est un tsumani et non une vague qui va frapper Mayotte pour non assistance à île en danger - Covid19"

Le Député Mansour Kamardine évoque "après l'espoir, la déception et l'incompréhension sur l'Opération Résilience à Mayotte".

Opération Résilience – Covid19 - Mayotte - Après l’espoir, la déception et l’incompréhension Le président de la République a ordonné le déploiement dans le Sud de l’Océan indien du porte-hélicoptère amphibie Le Mistral qui est accompagné de la frégate légère Guépratte. Cette annonce a suscité un important espoir à Mayotte qui craint une épidémie du coronavirus particulièrement mortelle compte-tenu des caractéristiques d’éloignement géographique, des facteurs urbains et démographiques favorables à une expansion fulgurante de l’épidémie dans les bidonvilles et surtout d’un sous-équipement médical qui pourrait être partiellement compensé par les capacités hospitalières du Mistral (2 blocs opératoires, 1 service de réanimation, 69 lits d’hôpital et le personnel médical). Cet espoir que les 400 000 habitants de Mayotte ne soient pas abandonnés à leur sort et à un système de soin sous-dimensionné a été douché froidement. En effet, Le Mistral mouillerait au large de La Réunion qui compte 4 fois plus de lits de réanimation par habitant que Mayotte (16 à Mayotte et 120 à la Réunion, en poussant les murs et en comptant les lits de réaffections 25 et 220 respectivement) et serait cantonné à une mission logistique, de transport et de stockage. Il ne serait pas armé médicalement.  Il arriverait dans la zone entre le 4 et le 8 avril. C’est un quadruple non-sens :  1/ Ni Mayotte ni La Réunion n’ont de difficultés d’approvisionnement et de stockage en produits de base et alimentaires ; 2/ Il est beaucoup plus rapide d’approvisionner nos îles en matériels et équipements sanitaires par avion-cargo (un avion A400M et son équipage transporte 30 tonnes de fret de Métropole à Mayotte en 12 heures escale technique comprise alors que Le Mistral est attendu dans une semaine) ; 3/ Il est beaucoup plus onéreux d’effectuer la même mission avec un navire pesant 16 500 tonnes à vide et son équipage de 160 personnes ; 4/ Mayotte a besoin d’un renforcement de capacités hospitalières alors que le Mistral ne serait pas armé médicalement notamment en équipes médicales. Je ne peux penser que les plus hautes autorités de l’Etat aient mobilisé l’armée pour se cantonner à fabriquer des images de transbordement de marchandises. Je ne peux imaginer que le choix du mouillage du Mistral ait été dicté par des considérations purement politiciennes plutôt que par l’utilité publique et sanitaire. Je ne peux croire qu’un navire hôpital puisse venir à Mayotte en pleine crise sanitaire sans les équipes médicales dédiés à ses 69 lits d’hôpital potentiels. Pour ma part, je ne peux accepter et cautionner les choix qui ont été arrêtés pour l’instant . C’est pourquoi  je demande que la mission du Mistral soit revue de fond en comble avec un armement médical du navire et son mouillage à Mayotte  qui est 4 fois moins bien équipé par habitant que de la Réunion et l’envoi de la frégate légère Guépratte à mi-distance entre Mayotte et l’île comorienne d’Anjouan afin de prévenir le très fort risque migratoire induit par le développement de l’épidémie de coronavirus dans l’union des Comores. /

Le Député Mansour Kamardine évoque "après l'espoir, la déception et l'incompréhension sur l'Opération Résilience à Mayotte".

Selon Boinal Said, "la surenchère logistique militaire ou civile est un enjeu faible au regard de la discipline militaire à acquérir en temps de guerre."

Avons nous une idée des enjeux du territoire face au covid-19 ? Certainement beaucoup ont leur position explication ou significations des enjeux du territoire de Mayotte. "Pour moi la surenchère logistique militaire ou civile est un enjeu faible au regard de la discipline militaire à acquérir en temps de guerre. Nous sommes pour beaucoup d'entre nous des soldats indisciplinés. Nous préférons anticiper sur nos morts que de respecter des consignes de vies. Sil revient au préfet d'évaluer notre logistique au regard de la recrudescence de l'épidémie et de sa propagation quotidienne, il appartient aux parlementaires de contrôler les moyens mis à la disposition du territoire, les comparer avec les autres territoires de la nation. Il s'agit de vérifier au lieu de revendiquer l'impossible comme un hôpital militaire qui serait exclusivement réservé à un territoire qui ne veut même pas apprendre à se discipliner. Enjeu : Discipline dans le confinement et respect des consignes émises par les autorités publiques. Facilitons leur tâche et respectons leur dévouement car ce sont nos militaires au front; Informations sur les conséquences sanitaires du non respect des consignes et des mesures mises en oeuvre par les collectivités locales de la diffusion des restrictions des libertés en liens avec les mesures nationales. Généralisations des arrêtés municipaux mettant en cohérence le respect de l'isolement et la distanciation sociale. En effet, chacun doit apprendre à respecter les consignes de l'état et les décisions prises par les communes pour prétendre le bénéfice de la solidarité nationale. L'inverse s'appelle de l'absurdité. "Les médias aiment ces absurdités qui endommagent Mayotte c'est leur affaire. Ils aiment le populisme et la démagogie "C'est leur affaire". Ils ont d'ailleurs tellement favorisé l'exaltation que le point de non retour de l'objectivité me semble atteint." "A tous les mahorais le salut de Mayotte réside dans notre volonté de respecter les consignes mondiales d'abord avant la logistique nationale qui relève de la responsabilité de l'état N'oubliez pas que le préfet avait dit qu'il allait contrôler les frontières et que des parlementaires avaient obtenus le renforcement de ces contrôles: il y a une vidéo qui circule sur un kwassa qui a débarqué à chiconi ce matin."

Selon Boinal Said, "la surenchère logistique militaire ou civile est un enjeu faible au regard de la discipline militaire à acquérir en temps de guerre."

Le député a lancé un appel solennel et un SOS au Président de la République Monsieur Emmanuel MACRON

Appel solennel concernant l’épidémie de coronavirus à Mayotte Monsieur le Président de la République, J’appelle solennellement votre attention sur la situation sanitaire et ses risques prévisibles de développement mortel à Mayotte, comme nulle part ailleurs sur le territoire national. En effet, le coronavirus circule désormais à Mayotte et se propage extrêmement rapidement dans un territoire où de nombreuses zones urbanisées se caractérisent par des conditions sanitaires dégradées, une importante promiscuité et une absence des services de bases aux populations. Parallèlement, le système de santé est extrêmement sous-développé et sous-équipé, qu’il s’agisse de la médecine de ville ou de la médecine hospitalière, toutes deux étant, hors crise, déjà en sur activité et leur personnel en sur mobilisation. S’ajoute à cela l’indigence des équipements de protection individuelle des personnels de santé et des équipements lourds de réanimation-respiration. De plus, l’éloignement géographique des zones d’approvisionnement affaiblit les capacités de réaction rapide. Aussi, une paralysie du système de santé et plus largement un effondrement de l’ensemble des structures concourant à la continuité des services publics, notamment en matière de sécurité civile et de maintien de l’ordre est inévitable à court terme si des actions résolues ne sont pas immédiatement décidées et diligemment exécutées. C’est pourquoi je vous saurai gré de bien vouloir instruire le gouvernement de : Envoyer immédiatement par fret aérien, le cas échéant par avion spécial militaire, des masques chirurgicaux et FFP2, des gants blouses et lunettes de protection, des aseptisants et des appareils de désinfection des locaux et des véhicules permettant de couvrir deux mois plein d’utilisation pour l’ensemble des personnels soignants, mais également des pompiers, des forces de l’ordre et globalement des personnes au contact des populations participant à des services essentiels (transport, banque, poste, magasin d’alimentation, électricité, eau, radio et télédiffusion etc.) ; Envoyer du matériel d’analyse pour multiplier les capacités de test du CHM et des laboratoires d’analyses médicales ; Ordonner immédiatement l’envoi à Mayotte d’un navire hôpital doté de lits de réanimation et de respirateurs lourds ; Etablir à Mayotte un hôpital de campagne, civil ou militaire, permettant de décharger le CHM sur une partie du territoire. De plus, je vous demande d’instruire le gouvernement d’examiner les propositions suivantes, dont la plupart ont déjà été transmises aux ministres concernés à l’occasion de trois courriers urgents et signalés adressés récemment, notamment : Envoyer un stock de précaution de chloroquine et d’azithromycine et autoriser leur utilisation sur décision des équipes soignantes avec l’accord des malades dans le cadre du protocole d’évaluation national de ces molécules ; Envoyer le plus grand nombre possible de tests rapides et portables de détection pour effectuer ses tests directement sur le terrain et tester dès suspicion d’infection, même non déclarée ; Permettre de tester systématiquement les personnels concourants à la lutte contre le coronavirus qui le demande (personnel soignant, transporteur, force de l’ordre, pompier, information aux populations etc.) ; Tester systématiquement les arrivants sur le territoire ; Elargir les catégories de personnes pouvant participer à la réserve sanitaires (jusqu’à 75 ans, anciens pompiers etc.) ; Exercer les moyens nécessaires pour convaincre les autorités comoriennes de contrôler effectivement et fermement leurs frontières ; Renforcer sensiblement les effectifs et les moyens de police (gendarmes, policiers, militaires) et coordonner leurs actions face à la crise ; Faire de Mayotte à court terme une base logistique d’appui sanitaire régional auprès des pays voisins, notamment en matière de fret aérien et maritime, ce qui permettra de faire notre devoir de solidarité mais aussi de réduire les risques de submersion migratoire si l’épidémie se développait dans ses pays. En vous remerciant par avance des suites que vous voudrez bien réserver à la présente requête et des instructions que vous donnerez au gouvernement, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération. Mansour KAMARDINE

Le député a lancé un appel solennel et un SOS au Président de la République Monsieur Emmanuel MACRON

Vous pouvez aimer aussi

Actualités en Radio et Télé

Vos Agendas

19
Oct
Dans le cadre des Journées Nationales de l'Architecture coordonnées par la Direction des Affaires

11
Oct
Journée de sensibilisation à l'économie d'énergie - CCAS de CHICONI

17
Aoû
Le Maire de la commune de Chiconi informe ses administrés qu'une exposition de la maquette du SAR (Schéma d'aménagement Régional) est prévue les 16 et 17 août

Image
Radio Chiconi FM
Radio Koudjouni
RF Mayotte
ROI TV
Radio Coconi
Chiconi FM TV
Chiconi FM
55 Rue Bentséhou
97670 CHICONI
   0 (+262) 269 61 25 86
    0 (+262) 639 65 43 04