Sam, 16 Oct 2021

Selon nos confrères de Clinano.re - l'envoi du "Mistral" est un Quiproquo.

Selon nos confrères de Clinano.re - l'envoi du "Mistral" est un Quiproquo.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé mercredi l’envoi d'un porte-hélicoptères dans l’océan Indien.  "C'est un geste très fort de solidarité nationale qui montre un réel attachement aux territoires ultramarins", a commenté hier Jacques Billant, le Préfet de la Réunion. Dans le cadre de l'opération "Résilience", le Mistral devait venir apporter une aide sanitaire à La Réunion et à Mayotte. La mission telle qu'à elle présentée : un soutien aux populations et un appui aux services publics pour faire face à l’épidémie de coronavirus, à l’approche du pic. Mais le rôle du bâtiment de la Marine a depuis été reprécisé. Et sa mission initiale a largement évolué par rapport à ce qui avait été compris ici. C'est d'abord l'ARS Mayotte qui a annoncé hier que le navire n'avait pas "vocation à disposer d'équipes médicales ou de matériels à bord". "Il va surtout permettre d'acheminer du matériel médical et de rapatrier les Français isolés à l'étranger", précise l'ARS Mayotte. Pour les "Français" de la zone Hier soir à La Réunion, depuis la préfecture, le général de brigade Métayer, commandant supérieur des Fazsoi a également livré quelques nouveaux éléments sur la venue du Mistral. "Le navire a appareillé dans le cadre de la mission Jeanne d'Arc. Il sortait de la Mer rouge quand nous avons commencé à mener des réflexions sur l'opportunité de le faire venir dans la région", a-t-il expliqué avant de reconnaître que malgré ses "capacités multiples", le Mistral ne dispose pas, dans sa configuration actuelle, de structure médico-chirurgicale, au-delà des besoins nécessaires pour l'équipage à bord. Traduction : il n'accueillera aucun malade, même en cas de grave saturation des services hospitaliers à Mayotte ou La Réunion. Il n'a tout simplement pas été préparé pour ça quand il a quitté Toulon. En revanche, selon le général de brigade Métayer, le Mistral pourrait participer à l'évacuation de ressortissants français isolés et en difficultés dans leurs pays. "On recense près de 40 000 Français dans la zone", a t-il noté, "nous devons parer à toute éventualité". Cette intervention ne concernerait ni les Réunionnais, ni les Mahorais mais plutôt les Français résidant à Maurice, à Madagascar, aux Seychelles ou aux Comores. "L'annonce de l'arrivée du "Mistral" avait suscité un important espoir à Mayotte. Cet espoir que les 400 000 habitants de Mayotte ne soient pas abandonnés à leur sort et à un système de soins sous-dimensionné est douché froidement", a réagi hier Mansour Kamardine, député de Mayotte. Avec clicanoo.re

Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé mercredi l’envoi d'un porte-hélicoptères dans l’océan Indien.  "C'est un geste très fort de solidarité nationale qui montre un réel attachement aux territoires ultramarins", a commenté hier Jacques Billant, le Préfet de la Réunion. Dans le cadre de l'opération "Résilience", le Mistral devait venir apporter une aide sanitaire à La Réunion et à Mayotte. La mission telle qu'à elle présentée : un soutien aux populations et un appui aux services publics pour faire face à l’épidémie de coronavirus, à l’approche du pic. Mais le rôle du bâtiment de la Marine a depuis été reprécisé. Et sa mission initiale a largement évolué par rapport à ce qui avait été compris ici. C'est d'abord l'ARS Mayotte qui a annoncé hier que le navire n'avait pas "vocation à disposer d'équipes médicales ou de matériels à bord". "Il va surtout permettre d'acheminer du matériel médical et de rapatrier les Français isolés à l'étranger", précise l'ARS Mayotte. Pour les "Français" de la zone Hier soir à La Réunion, depuis la préfecture, le général de brigade Métayer, commandant supérieur des Fazsoi a également livré quelques nouveaux éléments sur la venue du Mistral. "Le navire a appareillé dans le cadre de la mission Jeanne d'Arc. Il sortait de la Mer rouge quand nous avons commencé à mener des réflexions sur l'opportunité de le faire venir dans la région", a-t-il expliqué avant de reconnaître que malgré ses "capacités multiples", le Mistral ne dispose pas, dans sa configuration actuelle, de structure médico-chirurgicale, au-delà des besoins nécessaires pour l'équipage à bord. Traduction : il n'accueillera aucun malade, même en cas de grave saturation des services hospitaliers à Mayotte ou La Réunion. Il n'a tout simplement pas été préparé pour ça quand il a quitté Toulon. En revanche, selon le général de brigade Métayer, le Mistral pourrait participer à l'évacuation de ressortissants français isolés et en difficultés dans leurs pays. "On recense près de 40 000 Français dans la zone", a t-il noté, "nous devons parer à toute éventualité". Cette intervention ne concernerait ni les Réunionnais, ni les Mahorais mais plutôt les Français résidant à Maurice, à Madagascar, aux Seychelles ou aux Comores. "L'annonce de l'arrivée du "Mistral" avait suscité un important espoir à Mayotte. Cet espoir que les 400 000 habitants de Mayotte ne soient pas abandonnés à leur sort et à un système de soins sous-dimensionné est douché froidement", a réagi hier Mansour Kamardine, député de Mayotte. Avec clicanoo.re


Imprimer   E-mail

Vous pouvez aimer aussi

Actualités en Radio et Télé

Vos Agendas

19
Oct
Dans le cadre des Journées Nationales de l'Architecture coordonnées par la Direction des Affaires

11
Oct
Journée de sensibilisation à l'économie d'énergie - CCAS de CHICONI

17
Aoû
Le Maire de la commune de Chiconi informe ses administrés qu'une exposition de la maquette du SAR (Schéma d'aménagement Régional) est prévue les 16 et 17 août

Image
Radio Chiconi FM
Radio Koudjouni
RF Mayotte
ROI TV
Radio Coconi
Chiconi FM TV
Chiconi FM
55 Rue Bentséhou
97670 CHICONI
    (+262) 269.61.25.86
    (+262) 639.65.43.04