30°C
Chiconi:_MAR
26.11°C / 31.11°C
Chiconi:_MER
26.67°C / 32.22°C
Chiconi:_JEU
26.67°C / 32.22°C
Lun, 10 Aoû 2020

//-- Guadeloupe

Musique : Le phénomène guadeloupéen Riddla en concert unique à la Cigale à Paris

Après deux prestations données à Paris à guichets fermés, le chanteur guadeloupéen Riddla revient dans la capitale pour un concert unique à la Cigale. Une séance de rattrapage pour découvrir ou redécouvrir ce phénomène de la musique urbaine des Antilles. Aujourd’hui, les musiques dites urbaines – rap, Rnb’ contemporain, dance hall – occupent une place importante voire dominante dans le paysage musical français. Un répertoire urbain plébiscité notamment par un public jeune qui écoute majoritairement de la musique à partir de plateformes de diffusion en ligne et de téléchargement. Les outre-mer n’échappent pas à cette vague et les artistes de musiques urbaines de ces territoires figurent eux aussi parmi les musiciens les plus écoutés. C’est le cas de Riddla, de son vrai nom Wesley Boulogne qui, en plus de 20 ans de carrière, est devenu une référence en la matière et l’un des artistes les plus influents de sa génération. Phénomène de la musique urbaine antillaise Véritable phénomène de la musique urbaine des Antilles, Riddla qui a emprunté son nom de scène à un personnage de Batman pour sa double personnalité – à la fois réservé dans la vie, mais qui se transforme en showman et en bête de scène lors de ses prestations -, a débuté sa carrière avec Fuckly, fer de lance du groupe « N’O Clan » (Clan des narrateurs omniscients), un collectif hip hop créé à l’époque en Guadeloupe. En 2003, il prend son envol et sort son premier et unique album à ce jour « C’-Pag Na » qui le consacre comme l’égal de ses contemporains dans la musique urbaine antillaise. Il enchaîne ensuite les singles sur des rythmes aussi divers que le rap, le reggae,la Rn’b, le soca, le bouyon, le zouk ou le Gwo ka, seul ou en featuring avec ses amis Fuckly, Admiral T, Philissia Ross ou encore Booba. Des titres qui se transforment en tubes dans lesquels il montre toute l’étendue de ses talents d’auteur – interprète. Si Riddla, animateur radio par ailleurs, est très actif sur les réseaux sociaux où il déverse à longueur de temps vidéos, sons, images et des délires en tout genre, pour dit-il, assurer sa promotion et entretenir la flamme qui le relie à son public, il est également un artiste engagé qui n’hésite pas à s’indigner ou à engager des combats en faveur d’un mieux-vivre dans la société guadeloupéenne et plus largement antillaise. Ainsi, il ne s’est pas fait prier pour rejoindre ses camarades Daly, Es.Y Kennenga, Admiral T et Misié  Sadik sur le titre « Respekté’W » contre la montée de la violence qui commence à gangrener les Antilles. Le sarcasme et l’humour comme arme Cependant, au contraire de son comparse Fuckly qui fait part des souffrances et des indignations de la société guadeloupéenne sur un mode grave, Riddla a choisi l’humour et le sarcasme pour s’exprimer et délivrer ses messages. C’est dans cet esprit qu’il s’offusque de la cherté du prix des carburants et fait part de la colère des automobilistes guadeloupéens qu’il sort « Ti Bidon », une satire qui deviendra le tube du carnaval 2014. De même, sur le même ton, en 2017, lors de l’élection présidentielle, il s’élève contre la malhonnêteté des hommes politiques en référence à l’affaire François Fillon à qui il va consacrer son titre « Milionè ». Mais c’est surtout sur scène que Riddla s’exprime le mieux et donne sa pleine mesure. Une aisance scénique plébiscitée d’ailleurs par un public qui ne s’y trompe pas puisque ses deux derniers concerts à Paris – décembre 2018 et février 2019 – donnés à l’occasion de ses 20 ans de carrière se sont déroulés à guichets fermés. Fort de ce succès, Riddla remet le couvert et repart en « Bodé » à la Cigale le 19 janvier prochain pour une séance unique de rattrapage. Pour le plus grand bonheur de ses nombreux fans en manque de ses mélodies et de ses prestations scéniques.

Musique : Le phénomène guadeloupéen Riddla en concert unique à la Cigale à Paris

Grève du 5 décembre: Trois parlementaires de Guadeloupe appellent à la mobilisation sur la politique Outre-mer

Dans un communiqué commun, les sénateurs Victoire Jasmin et Victorin Lurel ainsi que la députée Hélène Vainqueur-Christophe apellent les Guadeloupéens à la mobilisation « pour protester la réforme des retraites» mais également dénoncer la politique du Gouvernement envers les territoires ultramarins. « Depuis 2 ans et demi, les outre-mer sont les premières victimes de la politique gouvernementale. Elles devraient être aujourd’hui les premières à manifester leur colère» lancent les parlementaires dans un contexte où l’appel à la grève de plusieurs fédérations et confédérations syndicales le 5 décembre contre la réforme des retraites, s’annonce très suivi. Ce 5 décembre, le budget du ministère des Outre-mer sera également discuté au Sénat. L’occasion parfaite pour les parlementaires guadeloupéens de dénoncer également la politique ultramarine du Gouvernement. « Depuis 1958, jamais un Gouvernement n’aura, en si peu de temps, avec tant de rapidité et de zèle, autant sapé la politique de l’État outre-mer. (…) Sous prétexte d’égalitarisme il a successivement augmenté les impôts sur le revenu des ultramarins, supprimé les dispositifs de défiscalisation, recentralisé tous les financements, supprimé France O, supprimé des milliers d’emplois aidés, anéanti la politique du logement ou encore surtaxé le rhum. Depuis, le Gouvernement a même, sous prétexte de rationalisation, ouvert les débats sur la majoration de vie chère, de réforme des congés bonifiés ou d’octroi de mer… Il est encore temps de dire stop», indiquent-ils. Une mobilisation ultramarine qu’ils espèrent «massive» afin « d’ alerter le Gouvernement sur l’urgence à engager et conforter, enfin, les plans de convergence et de transformation et à stopper tant le mépris que les coups de hache portés à nos acquis sociaux.»

Grève du 5 décembre: Trois parlementaires de Guadeloupe appellent à la mobilisation sur la politique Outre-mer

CHU de Guadeloupe : 2500 manifestants dans la rue pour dénoncer les conditions de travail

Le deuxième appel à manifester contre les conditions de travail au CHU de Guadeloupe a rassemblé 2500 personnes, personnel et population, vraisemblablement en légère baisse par rapport à la première manifestation. Pour rappel, un incendie fin 2017 au CHU de Guadeloupe a considérablement dégradé le CHU de Guadeloupe, qui fonctionne depuis de façon perturbée. Plusieurs services ont été délocalisés dans des locaux transitoires inadaptés, selon le personnel. Le conflit a débuté le 10 juillet au service d’accueil des urgences (SAU) et à la maternité, délocalisés depuis l’incendie. Au SAU, les soignants et brancardiers protestent contre l’exiguïté des locaux et le manque de moyens humains et matériels. L’établissement fait aussi face à des difficultés budgétaires importantes. Avec une dette fournisseurs « qui avoisine les 49 millions d’euros », il « ne peut assumer dans de bonnes conditions l’approvisionnement des denrées et médicaments pour les patients », selon le sénateur de Guadeloupe Dominique Théophile. Dans un communiqué commun daté du 6 août, les ministres Outre-mer et de la Santé ont assuré que « la situation structurelle de l’établissement devrait être stabilisée en 2020 ». Crédits : Point Informations Guadeloupe Express

CHU de Guadeloupe : 2500 manifestants dans la rue pour dénoncer les conditions de travail

Santé en Outre-mer : Le sénateur guadeloupéen Dominique Théophile demande une faculté de médecine aux Antilles de plein exercice

Lors de la séance des questions au gouvernement, le sénateur Dominique Théophile a interpellé Mme Frédérique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, sur l’avenir de la Faculté de médecine des Antilles et de la Guyane Hyacinthe Bastaraud. L’idée n’est pas nouvelle, elle avait été déjà soulevée en Martinique en 2011 lors de la visite de Valérie Pécresse, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Mais l’île confrontée à une pénurie de médecins, la proposition reste d’actualité comme le souligne le sénateur guadeloupéen, Dominique Théophile. «En les guidant à poursuivre leur parcours en métropole, le système actuel encourage les élèves à ne pas revenir exercer sur leurs territoires d’origine». La Ministre lui a répondu qu’une mission avait été mandatée pour étudier la faisabilité de ce projet et que, par ailleurs, un amendement avait été déposé à l’Assemblée Nationale pour élaborer un rapport sur ce sujet. »L’important pour le gouvernement est de s’assurer de la présence suffisante de terrains de stages pour assurer une formation médicale complète au sein de l’Université des Antilles», a indiqué Frédérique Vidal. De plus, un amendement avait été déposé à l’Assemblée Nationale pour élaborer un rapport sur ce sujet.

Santé en Outre-mer : Le sénateur guadeloupéen Dominique Théophile demande une faculté de médecine aux Antilles de plein exercice
2 Banniere Pub filmage1

Hôpital: Les orientations du gouvernement font « consensus », assure Philippe

Edouard Philippe a estimé dimanche que les « orientations » choisies par le gouvernement pour répondre à la crise des hôpitaux n’étaient « pas remises en cause » et faisaient « un assez large consensus », quand bien même des mesures d’urgence sont réclamées. « Dans l’hôpital, il y a des tensions, des difficultés à exercer correctement le métier, nous en sommes parfaitement conscients », a souligné le Premier ministre depuis la Guadeloupe, mettant notamment l’accent sur « une régulation budgétaire qui est redoutable pour le fonctionnement » des hôpitaux. « L’objectif c’est d’essayer d’apporter des réponses qui ne soient pas seulement des réponses d’urgence », a-t-il ajouté, évoquant des plans gouvernementaux comme « Ma santé 2022 ». « Ce que j’observe aussi c’est que ce qui prévaut dans les critiques, c’est le sentiment d’urgence: il faut aller plus vite », a poursuivi M. Philippe. « Mais les orientations qu’a données Agnès Buzyn, la direction que nous voulons prendre, ne sont pas remises en cause. Il y a un assez large consensus sur le fait que l’on va dans le bon sens », a-t-il fait valoir.Cependant, la grève des urgences débutée il y a sept mois ne faiblit pas (267 services mobilisés mi-octobre selon les organisateurs) et menace de s’étendre à tout l’hôpital public, avec en point de mire une « grande manifestation » prévue à Paris le 14 novembre.Pour répondre au malaise, Mme Buzyn a annoncé mercredi un « plan de soutien » pour l’hôpital qui sera « présenté dans le courant du mois de novembre », avec « évidemment des moyens associés ». M. Philippe a profité de son passage en Guadeloupe samedi et dimanche pour visiter le chantier du futur centre hospitalier universitaire (CHU) à Pointe-à-Pitre, vantant un projet « extrêmement ambitieux ». L’édifice, qui doit être inauguré en 2023 et est entièrement financé par une enveloppe de 600 millions d’euros de l’Etat, est conçu pour résister aux chocs sismiques et cycloniques.En attendant, l’Etat doit soutenir l’actuel CHU, durement touché par un incendie en novembre 2018 et dans une « situation difficile », dixit M. Philippe.Interrogé sur la chlordécone, un insecticide dangereux utilisé de 1972 à 1993 aux Antilles, M. Philippe a assuré que le gouvernement était « très conscient des inquiétudes, d’un sentiment de colère qui peut prévaloir », alors que la responsabilité de l’Etat semble engagée dans ce dossier. Une mission parlementaire, qui a auditionné quatre ministres la semaine passée, doit rendre son rapport avant le 4 décembre. Avec AFP

Hôpital: Les orientations du gouvernement font « consensus », assure Philippe

Orange raccorde 13 villes de Guadeloupe à la fibre

Orange lance le déploiement sur fonds propres de la fibre optique jusqu’au logement (FttH – Fiber to the Home) dans les villes de : Baie-Mahault, Les Abymes, Le Gosier, Le Moule, Sainte-Rose, Le Lamentin, Capesterre-Belle-Eau, Morne à l’Eau, Saint-Claude, Trois-Rivières, Goyave, Gourbeyre et Vieux-Fort, a annoncé l’opérateur dans un communiqué. Les études ou travaux ont déjà débuté sur l’ensemble des communes. Les habitants et les entreprises vont pouvoir bénéficier dès 2019 d’un confort de débits sur Baie-Mahault et la commercialisation du service sera effective dès le 1er trimestre 2020, dans chacune des 12 autres communes, poursuit Orange. En Guadeloupe, le déploiement de la fibre optique a démarré en 2015 avec quatre communes (Basse-Terre, Pointe-à -Pitre, Petit-Bourg et Baie-Mahault). En décembre 2017, Orange a annoncé à l’État ainsi qu’aux collectivités, son intention de déployer la fibre optique sur 13 communes. Le déploiement de la fibre optique Orange compte d’ores et déjà 15 650 logements raccordables sur les quatre premières communes. Le temps des processus administratifs est aujourd’hui terminé. La signature de ces 13 conventions représente l’aboutissement et le déploiement de réseaux du futur pour la Guadeloupe. Un déploiement progressif Les études ont déjà débuté sur l’ensemble des communes. Les habitants et les entreprises vont pouvoir bénéficier dès 2019 d’un confort de débits sur Baie-Mahault et la commercialisation du service sera effective dès le 1er trimestre 2020 dans chacune des 12 autres communes. Le déploiement de la fibre comporte plusieurs phases : les études en coordination avec les équipes municipales, l’installation des armoires de rue permettant à l’ensemble des opérateurs de venir proposer leur service, le tirage de la fibre dans les fourreaux de génie civil existants. Afin que les habitants des quartiers concernés puissent bénéficier de ce nouveau réseau, il est important qu’ils se renseignent, dès aujourd’hui, auprès de leur syndic et de leur bailleur immobilier et demandent que le raccordement de leur immeuble soit voté en Assemblée Générale. Dès lors, l’opérateur choisi pourra installer les points de branchement en face de chaque logement et le client pourra sélectionner le Fournisseur d’Accès Internet (FAI) de son choix pour effectuer le raccordement final à son domicile. « La connectivité est devenue un enjeu primordial dans tous nos territoires, pour leurs habitants et tous ceux qui y développent une activité professionnelle. Orange intensifie ses investissements pour le déploiement d’infrastructures de réseaux en FttH et sur fonds propres ici en Guadeloupe pour 13 communes. Je suis très heureux de sceller aujourd’hui cette nouvelle collaboration avec la Région », a déclaré Cyril Luneau, Directeur des Relations avec les Collectivités Locales Groupe. « Le déploiement de la fibre optique est un enjeu majeur pour l’attractivité notamment économique de la ville et permet aux citoyens d’accéder à de nouveaux services. Notre ambition est claire : permettre aux habitants de profiter de la révolution numérique, avec une qualité de service exemplaire dans tous les lieux qui comptent pour eux », ajoute Thierry Kergall, Directeur Orange aux Antilles-Guyane.

Orange raccorde 13 villes de Guadeloupe à la fibre

Vous pouvez aimer aussi

Actualités en Radio et Télé

Vos Agendas

19
Oct
Dans le cadre des Journées Nationales de l'Architecture coordonnées par la Direction des Affaires

11
Oct
Journée de sensibilisation à l'économie d'énergie - CCAS de CHICONI

17
Aoû
Le Maire de la commune de Chiconi informe ses administrés qu'une exposition de la maquette du SAR (Schéma d'aménagement Régional) est prévue les 16 et 17 août

Image
Radio Chiconi FM
Radio Koudjouni
RF Mayotte
ROI TV
Radio Coconi
Chiconi FM TV
Chiconi FM
55 Rue Bentséhou
97670 CHICONI
   0 (+262) 269 61 25 86
    0 (+262) 639 65 43 04