Chiconi

19.34°C
Ciel dégagé Humidité: 94%
Vent: SW à 2.57 M/S

//- Le Live Les Unes

Le président du conseil départemental évoque la question de la sécurité.

Le président du conseil départemental évoque la question de la sécurité.
En ouverture de la séance de l'assemblée plénière consacrée notamment au débat d'orientations budgétaires, le président du Conseil départemental a tenu à évoquer une triple actualité. Une triste actualité régionale tout d'abord : le président a évoqué le crash de l'avion de la compagnie AB aviation dans la zone côtière de Djoiezi, au large des Comores avec à son bord 14 personnes dont 12 passagers. "Ce vol a disparu des radars, et à ce jour des débris de l’appareil et des effets personnels des passagers ont seuls été retrouvés en mer. A l’heure où je m’adresse à vous, aucun corps ni aucun survivant n’avait été localisé. Les espoirs sont donc très minces pour les familles et je m’associe donc à leur peine, à leur immense angoisse en formulant une prière pour qu’un ou une survivant(e) soit retrouvé".

Actualité internationale ensuite à travers la question de l'Ukraine : "Parce que nous sommes très attachés à la démocratie et au modèle social français, parce que l’Europe c’est aussi quelque chose qui nous parle ici à Mayotte, parce que la violence et les armes, nous le savons, ne sont jamais une solution justifiée, je veux condamner avec force et en notre nom à tous et toutes cette guerre qui s’ébauche et qui a déjà fait plusieurs centaines de victimes civiles. C’est un véritable drame qui trouvera, nous l’espérons tous, une issue diplomatique mais hélas à quel prix d’ores et déjà… " Puis le président Ben Issa Ousseni a longuement évoqué la difficile question de la sécurité à Mayotte : "Je n’aurais pas imaginé entamer cette séance sans une déclaration autour des questions de sécurité, au terme de semaines agitées qui ont vu notre territoire particulièrement affecté par des actes de délinquance urbaine qui constituent bien trop souvent notre quotidien. Beaucoup de choses ont été dites, des démarches ont été entreprises auprès des plus hautes autorités de l’Etat, de la part des parlementaires, de l’association des Maires, de nos élus départementaux, des réunions se sont tenues notamment en mairie de Mamoudzou auxquelles se sont jointes les élus départementaux" a-t-il rappelé.

Il a d'abord exprimé "sa compassion, sa sollicitude aux populations concernées, qui vivent, et quoi de plus normal, douloureusement ces séquences de violences à répétition. Il est de notre devoir de personnalités publiques de dire que nous ne pouvons admettre ces situations, en tous points du territoire. J’ai coutume de dire que sans sécurité, il n’existe pas de véritable liberté. Nous pourrons agir dans tous les domaines, il n’y aura pas de réel développement si une sécurité minimale n’est pas rétablie. C’est un préalable" a-t-il indiqué. Il a ensuite précisé " s'associer pleinement aux différentes démarches qui sont mises en œuvre, comme celle des maires dans leur adresse au premier ministre, celle de notre collègue et député Mansour Kamardine qui réclame à juste titre une réunion interministérielle d’urgence à Paris sur l’insécurité à Mayotte. Toutes ces démarches, ces demandes de rendez-vous, sont justifiées et le sont d’autant plus que nous sommes, à notre échelle, unis sur ce sujet qui doit être porté comme une grande cause départementale". Rappelant que le Département agit à sa façon, et dans la mesure de ses compétences, pour le vivre ensemble et la sécurité, le chef de l'exécutif a salué des "annonces fortes ont récemment été faites par le Préfet en lien avec le maire de Mamoudzou sur des mesures immédiates dont l’envoi du Raid, groupement avec 12 policiers spécialisés, équipés d’un drone conçu pour la lutte anti-émeute. Des renforts de gendarmerie sont aussi annoncés avec l’arrivée de 72 gendarmes mobiles supplémentaires".

Ces mesures sécuritaires ne résoudront pas tout, c’est certain, a-t-il déclaré, "mais elles constituent un signal favorable et nécessaire à une population qui est exa-spé-rée ! Il faut désormais aller plus loin. L’édification d’un centre pénitentiaire pour mineurs est ainsi une revendication qui irait dans le bon sens. Je ne vais pas détailler ici ce qu’il faudrait faire, juste redire que si nous agissons, nous collectivités locales, pour pousser le curseur dans nos responsabilités, nous devons être relayés par l’Etat, par la Justice, par l’Education nationale et par les citoyens eux-mêmes. La sécurité marche sur plusieurs jambes : la répression bien sûr, la dissuasion, la prévention… " a-t-il conclu, redisant sa pleine disponibilité à travailler avec chacun sur ce thème majeur.

Avec la CD

Peut être une image de 13 personnes et personnes debout
Radio Chiconi FM
Radio Koudjouni
RF Mayotte
ROI TV
Radio Coconi
Chiconi FM TV
Image

55 Rue Bentséhou 97670 CHICONI