Mise en examen de Richard Ferrand : Emmanuel Macron soutient le président de l'Assemblée nationale

Le président LREM de l'Assemblée nationale a été entendu dans le cadre d'une information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts".

Mise en examen de Richard Ferrand : Emmanuel Macron soutient le président de l'Assemblée nationale

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Emmanuel Macron soutient Richard Ferrand, selon son entourage contacté par le service politique de franceinfo, jeudi 12 septembre. Le président La République en marche de l'Assemblée nationale a été mis en examen, dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 septembre à Lille (Nord), pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Il a été entendu par trois juges d'instruction lors d'un "interrogatoire de première comparution" au tribunal de grande instance de Lille, où l'affaire a été dépaysée. 

Soutenu dans ses rangs. Alors qu'il l'avait déjà soutenu au moment de la révélation de l'affaire en 2017, Emmanuel Macron a renouvelé sa confiance à Richard Ferrand, selon son entourage contacté par franceinfo, jeudi. Plus tôt dans la matinée, le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, avait également apporté son soutien au président de l'Assemblée nationale, déclarant sur franceinfo : "Je ne doute pas que l'examen des faits démontrera son intégrité".  

Il "doit partir". Interrogé sur franceinfo, Jérôme Karsenti, avocat de l'association anti-corruption Anticor qui s'est portée partie civile dans ce dossier, a expliqué : "Pour nous, Richard Ferrand doit partir, en raison de l'équilibre des pouvoirs et de la manière dont les institutions doivent fonctionner". Il a également jugé que "cette mise en examen allait perturber les institutions"

 Il entend rester à son poste. Juste après l'annonce de sa mise en examen, Richard Ferrand a aussitôt annoncé, dans un communiqué transmis à l'AFP, être "déterminé à poursuivre [sa] mission" à la tête de l'Assemblée. Il a également assuré "rester serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte" en octobre 2017, "d'autant plus qu'aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y a ni préjudice ni victime".

Franceinfo


E-mail
| PLUS DE SPORTS
| LE LIVE > LES UNES
| EDUCATION

PLUS DE RADIOS

              

Chiconi FM
55 Rue Bentséhou 97670 CHICONI
   0 (+262) 269 61 25 86
    0 (+262) 639 65 43 04
  contact@chiconifm.fr