Présidentielle à Madagascar : Duel au couteau entre deux « ex » présidents

Publié dans ACTUALITES OUTRE-OI
mardi, 18 décembre 2018 20:08

Les candidats au second tour de la présidentielle malgache, Marc Ravalomanana (gauche) et Andry Rajoelina (droite), avant un débat télévisé, le 9 décembre 2018 à Antananarivo ©Mamyrael / AFP

Plus de dix millions de Malgaches sont appelés mercredi à élire leur président lors d’un scrutin aux allures de règlement de comptes entre les deux hommes qui écrasent depuis plus de dix ans la vie politique du pays, un des plus pauvres de la région Afrique – Océan Indien.

Accusations de corruption, procès en incompétence, petites phrases assassines, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina se sont rendus coup pour coup pendant deux semaines d’une campagne féroce, marquée du sceau de leurs rancunes personnelles. Leur passif est très lourd. Élu chef de l’État en 2002, Marc Ravalomanana a été contraint à la démission sept ans plus tard par une série de violentes manifestations soutenues par Andry Rajoelina.

Maire de la capitale Antananarivo, ce dernier avait alors été installé par l’armée à la tête d’une présidence de transition. Les deux rivaux ont été interdits de candidature pour l’élection de 2013, dans le cadre d’un accord destiné à mettre un terme aux crises à répétition qui ont agité la Grande île depuis son indépendance en 1960. Cinq ans plus tard, les revoici face à face pour une explication politique finale.

Ravalomanana, le « self-made man » riche et célèbre

Marc Ravalomanana 69 ans, n’a toujours pas digéré son éviction du pouvoir. Issu d’une famille paysanne des environs de la capitale Antananarivo, cet ancien livreur de lait a bâti sa notoriété et sa fortune dans les affaires en créant à partir du fameux yaourt Tiko un empire agroalimentaire. Riche et célèbre, le « self-made man » fait une entrée fracassante en politique en emportant en 1999 la mairie de la capitale. Deux ans plus tard, il arrache la présidence au sortant Didier Ratsiraka après une élection contestée dont il force l’issue au prix d’une série de violentes manifestations de rue.

Le candidat à la présidentielle malgache Marc Ravalomanana, avant un meeting de campagne devant des dizaines de milliers de partisans, à Antananarivo, le 15 décembre 2018 ©Gianluigi Guercia / AFP

Le candidat à la présidentielle malgache Marc Ravalomanana, avant un meeting de campagne devant des dizaines de milliers de partisans, à Antananarivo, le 15 décembre 2018 ©Gianluigi Guercia / AFP

Cinq ans plus tard, il est réélu dès le premier tour. Ses partisans vantent son ambition et son énergie, ses détracteurs dénoncent sa dérive autoritaire et son affairisme. Ces critiques virent à l’épreuve de force début 2009. Le 7 février, l’armée réprime dans le sang une marche vers le palais présidentiel des partisans du jeune maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina. Lâché par l’armée, Marc Ravalomanana doit céder le pouvoir à un directoire militaire, qui finit par le remettre à son rival Rajoelina. Contraint à l’exil, il est condamné par contumace en 2010 pour meurtres et complicités. Il ne peut rentrer au pays qu’en 2014, après l’élection de Hery Rajaonarimampianina, mais reste assigné à résidence pendant plusieurs mois.

Il finit par relancer les activités de son groupe et reprendre les rênes de son parti, « Tiako i Madagasikara » (« J’aime Madagascar »), avec pour obsession d’effacer le « coup d’État » qui l’a chassé du pouvoir. Plus à l’aise en anglais qu’en français, Marc Ravalomanana se targue aujourd’hui de son expérience et de la confiance des bailleurs internationaux. Face à la jeunesse de son adversaire, il joue la carte du « père de la Nation » pour « bâtir un Madagascar prospère ». « Dada (Papa en malgache ») est de retour », a-t-il lancé samedi devant des milliers de partisans enthousiastes réunis dans la capitale.

Rajoelina, le jeune homme pressé

Surnommé « TGV » pour son côté fonceur, Andry Rajoelina est apparu en 2007 sans prévenir dans le ciel politique malgache, comme une météorite. Jusque-là connu pour ses seules activités de disc-jockey et d’organisateur de soirées en vue dans la capitale, le jeune patron de sociétés publicitaires crée la surprise en étant élu maire d’Antananarivo, loin devant le candidat du parti présidentiel. Grâce à son sens aigu de la communication et au soutien de sa propre radio-télévision Viva, il s’impose en quelques semaines comme le meneur de l’opposition au président en exercice Marc Ravalomana.

A partir de la fin 2008, ses partisans défient ouvertement le régime dans la rue et finissent, avec le soutien implicite des militaires, par chasser le chef de l’État. Président non élu, le trentenaire élégant au visage poupin peine toutefois à rassembler pour sortir le pays de la crise. Ses adversaires lui reprochent alors de « naviguer à vue », d’être « manipulable », « de fermer les yeux » sur le pillage des ressources naturelles et de ne penser qu’à « défendre ses prérogatives », au besoin en faisant arrêter ses rivaux.

Le candidat à la présidentielle malgache, Andry Rajoelina, lors d'un défilé de ses partisans à Antananarivo, le 16 décembre 2018 ©Gianluigi Guercia / AFP

Le candidat à la présidentielle malgache, Andry Rajoelina, lors d’un défilé de ses partisans à Antananarivo, le 16 décembre 2018 ©Gianluigi Guercia / AFP

Interdit de candidature par la communauté internationale, comme son éternel rival, Andry Rajoelina ne se présente pas à la présidentielle de 2013 et finit par soutenir le parti de son ex-ministre des Finances Hery Rajaonarimampianina, qui l’emporte. Mais très vite, les deux hommes se brouillent. Dès 2016, Andry Rajoelina annonce son intention de défaire son ancien protégé dans les urnes. Ses réunions publiques, aux allures de grand spectacle, attirent les foules. Ses propositions suscitent parfois les railleries, comme celle de lutter contre les vols de zébus en les équipant de puces GPS.

« Il est inconstant, manipulable, et ne cherche plus qu’à profiter de ses prérogatives », critique Monja Roindefo, son ancien Premier ministre et compagnon de lutte. Lui balaie ces critiques d’un revers de main. « La situation à Madagascar est catastrophique, je voudrais rendre l’espoir et la fierté aux Malgaches », a-t-il dit, « je serai un président du petit peuple qui protège les pauvres ».

Léger avantage à Rajoelina

Lors du premier tour de la Présidentielle 2018 le 7 novembre dernier, Andry Rajoelina, 44 ans, a pris un léger avantage en recueillant 39,23% des suffrages, contre 35,35% à Marc Ravalomanana, 69 ans. L’aura des deux hommes et surtout leurs moyens financiers, apparemment sans limite, ont balayé leurs 34 adversaires. Même le sortant Hery Rajaonarimampianina a été réduit au rang de faire-valoir, crédité d’un score humiliant de 8,82%.

Clientélisme

La place désormais nette, Ravalomanana et Rajoelina ont laissé éclater leur hostilité personnelle. A longueur de discours, le premier a traité son rival de « destructeur » et dénoncé ses « provocations et sabotages ». « Il est temps pour l’autre de prendre sa retraite et d’aller traire ses vaches », a rétorqué le second. Pour rallier les maigres troupes de leurs concurrents du premier tour et, surtout, les abstentionnistes – 45,7% – les deux ex-présidents ont quadrillé de plus belle le pays dans leurs hélicoptères rutilants, distribuant sans compter assurances et dons en tous genres dans un clientélisme totalement décomplexé…

Des enfants achètent de l'huile à prix cassé à des militants soutenant la candidature d'Andry Rajoelina à la présidentielle malgache, le 15 décembre 2018, à Antananarivo ©Rijasolo / AFP

Des enfants achètent de l’huile à prix cassé à des militants soutenant la candidature d’Andry Rajoelina à la présidentielle malgache, le 15 décembre 2018, à Antananarivo ©Rijasolo / AFP

Dans le sud du pays en pleine crise alimentaire, des partisans d’Andry Rajoelina n’ont pas hésité à offrir à la population du riz et de l’huile à prix cassés. « Ce n’est pas pour la propagande, c’est juste pour aider la population », a affirmé Serge, le propriétaire du restaurant de Fort-Dauphin qui hébergeait l’opération. « C’est la concrétisation avant l’heure des promesses du président Rajoelina pour les pauvres ». « C’est très bien de faire ça, les prix sont trop chers au marché », a approuvé Pauline Lalao, 42 ans, une des mères de famille qui se bousculaient devant l’enseigne aux couleurs orange du candidat. « C’est pour ça que je vais voter pour le candidat 13 (Rajoelina) », a-t-elle ajouté, « lui, il comprend nos problèmes ».

Marc Ravalomanana n’est pas non plus resté inactif en matière de promesses. Dans un stade d’Antananarivo samedi, il a dévoilé le kit qu’il a décidé d’offrir à tous les écoliers du pays en cas de victoire. « Voici les sacs à dos pour les enfants. Et à l’intérieur il y a un tablier », a-t-il lancé devant des milliers de partisans. « S’ils ont tous les mêmes uniformes, ils pourront bien étudier (…). J’aimerai vos enfants comme les miens ». Succès garanti. « Dada (Papa, son surnom) est le seul capable de développer Madagascar », a applaudi Laza Rabaromanana, 34 ans. « Quand il était président, il est le seul qui a réussi à scolariser tous les enfants (…), il sait vraiment tout faire ».

« Enjeux énormes »

Ce duel personnalisé à l’extrême a fait passer au second plan la réalité d’un pays perclus de problèmes. Pauvreté, corruption, insécurité… Avec ses 25 millions d’habitants, Madagascar reste le seul pays africain qui, sans avoir connu la guerre, s’est appauvri depuis son indépendance. Les trois quarts de la population y vivent avec moins de deux euros par jour, selon la Banque mondiale. « J’espérais un débat d’idées, j’assiste à un violent duel d’égos », note Sahondra Rabenarivo, de l’Observatoire de la vie politique à Madagascar (Sefafi). « C’est inquiétant car tout est à reconstruire dans ce pays, et ça ne se fera que si les gens travaillent ensemble ».

©Paul Defosseux / AFP

Surtout, cette rivalité exacerbée fait peser le risque d’une nouvelle crise politique. « Les enjeux sont énormes. Les deux ont beaucoup investi, y compris financièrement, dans ce scrutin », note l’analyste Marcus Schneider, de la fondation Friedrich Ebert. « Si les résultats sont serrés, le perdant pourrait contester les résultats et replonger le pays dans la crise ».

Selon AFP.

A lire aussi

  • Prospérité en Afrique : Maurice donne la recette

    L’Ile Maurice amène certains analystes à parler de miracle économique. La richesse par habitant ne cesse de progresser avec l’espérance de vie. Pourquoi un tel progrès par rapport au reste de l’Afrique?

    Dans son article, Jasson Urbach, explique le secret de Maurice : la liberté. Des choix politiques libérant l’économie ont conduit à un secteur privé fort, socle du progrès de l’Ile. Cette petite ile devrait inspirer d’autres pays d’Afrique !

    Selon le dernier rapport annuel sur la liberté économique dans le monde (EFW), le rang de l’Afrique du Sud en matière de liberté économique s’est considérablement détérioré, passant de la 46ème position en 2000 à la 110ème cette année. L’Île Maurice quant à elle troque désormais la 8ème place du classement général contre sa 26ème position en 2000. Si l’Afrique du Sud avait suivi la voie mauricienne et renforcé le niveau de liberté économique, les Sud-Africains seraient aujourd’hui en meilleure santé, plus riches et plus heureux.

    Lorsque l’économiste britannique James Meade s’est rendu à Maurice en 1960, il en a conclu que son avenir était peu prometteur. Après, il a reçu un prix Nobel d’économie, en 1977, et le petit pays insulaire mauricien a montré au monde que de sombres prédictions économiques ne correspondent pas forcément à la réalité, en particulier lorsqu’il s’agit d’un peuple à fort esprit entrepreneurial.

    Maurice a connu une transformation économique remarquable, passant d’une économie à faible revenu basée sur l’agriculture, à un pays diversifié à revenu moyen-supérieur qui attire des investissements étrangers considérables. Plus précisément, Maurice a opté pour la consolidation de la liberté économique en libéralisant son économie, reconnaissant qu’il s’agissait de la meilleure voie pour générer la prospérité future.

    Duo liberté économique et recul de la pauvreté

    L’un des objectifs clés de l’indice EFW est d’établir s’il existe un lien entre la liberté économique, la croissance économique et la richesse. Les conclusions du rapport confirment sans ambiguïté que la liberté économique est étroitement liée à la prospérité et à la croissance: les pays économiquement libres ont tendance à se développer plus rapidement et à être plus prospères. Les pays du quartile supérieur du classement de liberté économique ont un PIB moyen par habitant de 40 376 dollars, contre 5 649 dollars pour les pays du quartile inférieur. Dans le quartile supérieur, le revenu moyen des 10% les plus pauvres était de 10 660 dollars, contre 1 345 dollars pour les plus pauvres du quartile inférieur. Il est intéressant de noter que le revenu moyen des 10% les plus pauvres des pays les plus économiquement libres est presque le double de celui des pays les moins libres. Cela montre que la liberté économique profite à tout le monde, aussi bien les pauvres que les riches.

    L’impact de la liberté économique

    Les personnes vivant dans les pays les plus libres peuvent également espérer vivre beaucoup plus longtemps, avec une espérance de vie moyenne de 79,5 ans, contre 64,4 ans dans le quartile inférieur. Plusieurs autres indicateurs sont meilleurs dans les pays économiquement libres que dans ceux qui ne disposent pas de liberté économique. Par exemple, les libertés politiques et civiles sont considérablement plus élevées dans les pays économiquement libres que dans les pays non libres. L’égalité du genre est plus grande dans les pays économiquement libres ; et les niveaux de bonheur y sont aussi plus élevés.

    Les progressions faramineuses de Maurice

    En 1990, Maurice avait un PIB moyen par habitant de 7 387 dollars et une espérance de vie moyenne de 69,4 ans. En revanche, l’Afrique subsaharienne avait un PIB moyen par habitant de 9 696 dollars et une espérance de vie moyenne de 62,1 ans. À partir des années 1990, pour éviter le déclin économique, Maurice a connu d’importants changements qui ont nécessité des réformes radicales dans la politique gouvernementale et des adaptations rapides de la part du monde des affaires. La manière dont les défis ont été relevés a montré la résilience du peuple mauricien et a permis de mieux comprendre les facteurs qui ont amené certains commentateurs à qualifier la performance de l’économie du pays au cours des dernières années de «miracle mauricien». C’est ainsi, qu’en 2017, le PIB réel moyen par habitant de Maurice était de 20 293 dollars (soit une augmentation de 175%) et l’espérance de vie moyenne était plus longue de cinq ans (74,4 ans). En Afrique subsaharienne, le revenu réel par habitant a augmenté de 27% pour atteindre 12 295 dollars et l’espérance de vie moyenne a augmenté d’un maigre 0,7 ans pour atteindre 62,8 ans.

    Ramakrishna Sithanen, vice-Premier ministre mauricien et ministre des Finances et du Développement économique, a décrit la situation économique dans les termes suivants:

    «Nous sommes confrontés à un problème très simple: nous sommes comme un patient malade et qui doit prendre des médicaments, peut-être pour un certain temps. Le patient veut aller mieux, il n’aime pas être malade, mais il ne veut peut-être pas prendre le médicament. À un moment donné, nous devons prendre le médicament ».

    Le gouvernement sud-africain doit reconnaître qu’il a le pouvoir de réformer directement l’économie nationale et d’adopter des politiques susceptibles d’accroître la croissance et de réduire la pauvreté. Alors que le reste du monde s’achemine vers une liberté économique et des libertés civiles accrues, l’Afrique du Sud suit la trajectoire opposée. Cela se reflète dans le déclin spectaculaire de la croissance économique et dans des taux de chômage toujours élevés, avec près de 10 millions de personnes au chômage et sans aucun espoir de trouver un emploi, et sans savoir pourquoi.

    L’Afrique du Sud manque d’institutions favorables à la liberté économique qui incluent les fondamentaux: liberté de choix personnel, échange volontaire, liberté de concurrence et sécurité des droits de propriété. Sans le renforcement de ces libertés centrales, il est difficile de définir comment l’Afrique du Sud pourra se développer et devenir plus prospère.

    Source Afrik

  • Présidentielle Madagascar : Andry Rajoelina officiellement élu chef de l’Etat

    La Haute Cour constitutionnelle a validé la victoire annoncée par la commission électorale le 27 décembre.

    La Haute Cour constitutionnelle (HCC) malgache a validé, mardi 8 janvier, la victoire de l’ancien chef de l’Etat Andry Rajoelina à l’élection présidentielle du mois dernier, en rejetant toutes les requêtes en annulation pour fraude de son rival Marc Ravalomanana. « Est déclaré élu président de la République Andry Rajoelina », a déclaré le président de la HCC, Jean-Eric Rakotoarisoa, sous les acclamations de centaines de partisans de M. Rajoelina réunis devant le siège de l’institution à Antananarivo.

    Le 27 décembre, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de Madagascar avait annoncé la nette victoire d’Andry Rajoelina, 44 ans, en lui attribuant 55,66 % des suffrages lors du second tour disputé le 19 décembre, contre 44,34 % à son prédécesseur à la tête du pays. M. Ravalomanana, 69 ans, avait immédiatement saisi la HCC en arguant de « fraudes massives ».

    Ces derniers jours, des centaines de ses partisans ont manifesté à plusieurs reprises dans la capitale malgache, malgré l’interdiction des autorités, pour exiger la « vérité des urnes ». Des incidents violents les ont opposés à la police. Les observateurs étrangers, ceux de l’Union européenne (UE) et de l’Union africaine (UA) notamment, ont à l’inverse affirmé n’avoir observé aucune irrégularité significative lors du scrutin. L’élection présidentielle du mois dernier s’est déroulée sans incident majeur, mais elle a été le théâtre d’une lutte féroce entre MM. Ravalomanana et Rajoelina.

    Marc Ravalomanana, au pouvoir depuis 2002, avait été contraint de démissionner en 2009 face à une vague de manifestations violentes fomentées par Andry Rajoelina, à l’époque maire d’Antananarivo. Ce dernier avait ensuite été installé par l’armée à la tête d’une présidence de transition qu’il a quittée en 2014. Les deux hommes avaient été interdits de candidature à la présidentielle de 2013, dans le cadre d’un accord de sortie de crise validé par la communauté internationale.
    Avec AFP

  • Légion d’Honneur : Seize Ultramarins promus en 2019

    Comme chaque année, avec le nouvel an arrivent les promus de la Légion d’Honneur. Ci-dessous les seize ultramarins promus en 2019 au titre du Ministère des Outre-mer : 

    Au grade d’officier :

    – Mme Marceline (Danielle), avocate au barreau, ancienne bâtonnière (Martinique). Chevalier du 5 juillet 2005.

    – Mme Palcy (Euzhan, Yvette), cinéaste, réalisatrice. Chevalier du 10 septembre 2004.

    Au grade de chevalier :

    – M. Blandin (Bruno, Tobie, André), président d’une organisation patronale (Guadeloupe) ; 50 ans de services.

    – Mme Bouchaut-Choisy, née Bouchaut (Inès, Marie, Mireille), conseillère économique, sociale et environnementale (Guadeloupe) ; 36 ans de services.

    – Mme Capron (Josiane, Yolande), cheffe d’une entreprise de sacherie, présidente d’une association pour le développement de l’industrie (Martinique) ; 50 ans de services.

    – Mme Chevreuil (Peggy, Isabelle dite Isabelle), cheffe d’une entreprise d’audit (Mayotte) ; 23 ans de services.

    – M. Detcheverry (Denis, Léo, André), ancien sénateur, ancien maire de Miquelon-Langlade, président d’une association environnementale (Saint-Pierre-et-Miquelon) ; 41 ans de services.

    – M. Fauchard (Didier, Marie, Laurent), président d’une organisation patronale, directeur d’une société dans le domaine des nouvelles technologies (La Réunion) ; 40 ans de services.

    – Mme Harang, née Sol (Monique), directrice générale d’une caisse générale de sécurité sociale (Guyane) ; 43 ans de services.

    – M. Levant (Alain), professeur honoraire, ancien maire de Kaala-Gomen (Nouvelle-Calédonie) ; 49 ans de services.

    – M. Mété (David, François), médecin, chef d’un service d’addictologie d’un centre hospitalier universitaire (La Réunion) ; 21 ans de services.

    – M. Moreau (Daniel, François, Marie), président-directeur général d’une société agroalimentaire (La Réunion) ; 34 ans de services.

    – Mme Mouhoussoune, née Boudra (Sarah, Béatrice), greffière, conseillère économique, sociale et environnementale (Mayotte) ; 23 ans de services.

    – M. Nestar (Florus, Sylvestre), directeur général d’un organisme public d’accompagnement de la mobilité des résidents d’Outre-mer ; 32 ans de services.

    – M. Siong (Albert), président d’une chambre d’agriculture (Guyane) ; 27 ans de services.

    – M. Villageois (Jean-Rémy, Jérôme), président du directoire du grand port maritime de La Martinique ; 29 ans de services.

La Radiovision

CHICONI FM TV est une WEBTV déclarée auprès du CSA en date du 27 novembre 2014, conformément aux articles 33 et 31-1 de la loi du 30 septembre 1986.

Trafic routier

Opération de contrôle des taxis en Petite Terre

Opération de contrôle des taxis en Petite Terre

Mercredi 24 octobre 2018 à 15h45, dans le cadre du CODAF, un contrôle des taxis circulant sur Petite...

22 heures - Un accident grave, deux véhicules entrent en collision à Kahani

22 heures - Un accident grave, deux véhicules entrent en collision à Kahani

[ 22 heures. Un accident grave qui s'est produit à Kahani au niveau du virage prêt de la caserne de...

A retenir

Programme Radio

Lundi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- L’ACTU SPORT / Les traversés du temps

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mardi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- La revue de presse du monde/ Reggae Business

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mercredi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- La revue de presse du monde/ Zama Zahalé

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Jeudi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- La revue de presse du monde/ « Jeunes Talents 

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vendredi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Culture générale

  • 19h00 - 20h00

- La revue de presse du monde/ Grande Cour de Récré

  • 20h00 - 00h00

- 100% Chants Religieux

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Samedi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Spécial Zouk Love

  • 15h00 - 17h00

- Coupé décalé

  • 17h00 - 19h00

- Culture générale

  • 19h00 - 20h00

- Spécial Soukouss

  • 20h00 - 00h00

- 100% M'godro

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dimanche

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- Journal / Rediffusion « Jeunes Talents »

  • 10h00 - 12h00

- Musiques RNB & Reggae danse

  • 12h00 - 15h00

- Spécial Zouk & Slow

  • 15h00 - 19h00

- Musiques RNB & Reggae danse

  • 19h00 - 20h00

- Spécial Soukouss

  • 19h00 - 00h00

- Rediffusion des émissions de la semaine

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rue de Sohoa 97670 CHICONI

Tel: +(262) 269 61 25 86

Tel: +(262) 639 65 43 04

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Restez connecter

    

Banniere Pub location Podium

+ DE RADIOS